dimanche 6 décembre 2015

6 Décembre

 

Coucou!!!

Il y a eu un tit problème donc il ne c'est pas envoyé ce matin mais mieux vaut tard que jamais!!!!

◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇

 ••• BON SAINT NICOLAS •••

photostudio_1449423044938

◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇

••• UNE  DES NOMBREUSES LÉGENDE DE SAINT  NICOLAS •••

    Ils étaient trois petits enfants 

qui s'en allaient glaner aux champs. 

Ils sont allés et tant venus 

que sur le soir se sont perdus. 

Ils sont allés chez le boucher :

- boucher, voudrais-tu nous loger ? 

- Entrez, entrez, petits enfants, 

Il y a de la place assurément. 

Ils n'étaient pas sitôt entrés 

que le boucher les a tués. 

les a coupés en petits morceaux 

et puis salés dans un tonneau. 

Saint Nicolas au bout de sept ans 

vint à passer dedans ce champ, 

alla frapper chez le boucher : 

- boucher, voudrais-tu me loger ? 

- entrez, entrez Saint Nicolas. 

Il y a de la place, il n'en manque pas. 

- Du petit salés je veux avoir

qu'il y a sept ans est au saloir.

Quand le boucher entendit ça,

bien vivement il se sauva.

- Petits enfants qui dormez là,

je suis le grand Saint Nicolas.

Le grand Saint étendit trois doigts,

les trois enfants ressuscita.

Le premier dit : " j'ai bien dormi. ""

Le second dit : " et moi aussi. "

" Je me croyais au paradis " 

A ajouté le plus petit. 

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

••• MUSIQUE  •••

 

 

Posté par emelyne mystique à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


jeudi 3 décembre 2015

3 Décembre

 🎄

Coucou!!! Bonnes fêtes! !!

◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇

•●• HISTOIRE  DE  NOËL •●•

Il était un fois, en Allemagne, il y a très longtemps, un bûcheron. En rentrant chez lui, par une nuit d'hiver claire mais glaciale, l'homme fut ébahi par le merveilleux spectacle des étoiles qui brillaient à travers les branches d'un sapin recouvert de neige et de glace.

Pour expliquer à sa femme la beauté de ce qu'il venait de voir, le bûcheron coupa un petit sapin, l'apporta chez lui, et le couvrit de petites bougies allumées et de rubans. 

Les petites bougies ressemblaient aux étoiles qu'il avait vues briller, et les rubans, à la neige et aux glaçons qui pendaient des branches.

Des gens virent l'arbre et s'en émerveillèrent tant, surtout les enfants, que bientôt chaque maison eut son arbre de Noël.

 ◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇

 •●• BLAGUES DE NOËL •●•

• Un chat de Noël •

Comment appelle-t-on un chat tombé dans un pot de peinture le jour de Noël ? 

Un chat-peint de Noël 

• Mr et Madame Duciel •

M. et Mme Duciel ont cinq enfants : Betty, Baba, Noël, Quentin, Sandra

• Le rire du Pere Noël •

Savez-vous pourquoi le Père Noël rit tout le temps? 

Parce que ce n'est pas lui qui paye les cadeaux... 

 ◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇

•●• L'ADRESSE  & LE SITE  DU PÈRE NOËL •●•

S  <


◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇

•●• MUSIQUE  DE  NOËL  •●•

 

Posté par emelyne mystique à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

mercredi 2 décembre 2015

2 Décembre

photostudio_1447797936879

Coucou!!!

Alors aujourd'hui une histoire de Bernard Friot, une musique dans Barbie Ce chant tradionelle ainsi qu'un jolie blog avec de belles décorations!!!

Bonne fêtes! !!!

◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆

•●• LE SITE •●•

Mes Petits Bonheurs

Page spéciale Noël avec tous les bricolages papier, pâte à sel, perles Hama etc. proposés sur le blog, pour fabriquer des décorations de Noël, des objets à suspendre pour le sapin, des cartes de vœux et autres idées. Des calendriers de l'avent Nouveau : calendrier sapin fait de boites triangulaires à imprimer et plier.

◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆ 

•●• Histoire de la princesse qui n’aimait pas le Père Noël  •●•

par Bernard Friot

.Il était une fois une princesse prénommée Pépi.

Ce n’était pas une authentique princesse, en vérité. Mais elle était flle unique et ses parents

l’aimaient tellement qu’ils l’appelaient « princesse ».

Et puis son vrai prénom n’était pas Pépi, mais Pépita.

Pépi était gâtée, terriblement gâtée. Tous les soirs, en rentrant (très tard) du bureau, sa mère

lui rapportait un jouet. Et son père, quand il revenait de voyage d’affaires, la couvrait de

cadeaux qu’elle n’ouvrait même plus.

Dans sa chambre, placards et armoires débordaient de jouets ; les chaises, le tapis et même

le lit en étaient couverts. Pour aller se coucher, Pépi devait se frayer un chemin à coups de

pied.

Noël approchait. Comme chaque année, ses parents demandèrent à Pépi :

- As-tu écrit au Père Noël, princesse ?

- Je ne veux rien à Noël ! grogna-t-elle.

L’idée d’être encombrée de nouveaux cadeaux la terrifait. Mais, chaque soir, ses parents

insistaient :

- Et ta lettre au Père Noël, princesse, elle est prête ?

Alors Pépi, à contrecœur, débarrassa son bureau d’une pile de DVD et commença à écrire :

Cher Père Noël…

Elle s’arrêta là. D’abord, parce qu’elle ne savait comment continuer. Et puis le Père Noël ne lui

était pas « cher » du tout : elle le détestait, en vérité, parce qu’il lui apportait des tonnes de

jouets dont elle ne savait que faire. Elle réféchit, mordilla un crayon et deux stylos et… elle

eut une idée ! Vite, elle griffonna :

Monsieur Père Noël,

offrez-moi un jeune chien. Mais pas un chien de race, juste un petit chien de la SPA, tout

jeune, tout fou et rigolo. ET C’EST TOUT ! OK ? RIEN D’AUTRE !

Les parents de Pépi, bien sûr, lurent la lettre et en furent assez surpris. Mais ils obéirent au

souhait de leur flle et, le matin de Noël, elle découvrit au pied du sapin une corbeille

enrubannée dans laquelle dormait un adorable chiot aux poils noirs et bouclés.

Pépi l’emmena aussitôt dans sa chambre et entreprit de le dresser.

D’abord, elle lui apprit à courir après les jouets qu’elle lançait et à ne PAS les rapporter, mais

à les distribuer aux enfants du voisinage. Elle le dressa aussi à porter livres et CD à la

médiathèque et à les glisser en douce sur les étagères. Et à creuser des trous dans la pelouse

pour y cacher des petites voitures ou des Légos.

Bref, au bout de deux mois, la chambre de Pépi était presque vide et elle pouvait jouer

tranquillement à la maman et au bébé. C’est elle qui était la maman, naturellement, et le chiot

jouait très bien le rôle du bébé (c’était vraiment mignon de le voir sucer sa patte en

dormant !).

Et pas de danger que la chambre soit à nouveau encombrée par les jouets. Chaque soir, le

chiot (qui est devenu un grand chien) monte la garde à l’entrée de la maison et il ne laisse pas

entrer les parents de Pépi s’ils ont un paquet dans les mains !

Voilà, l’histoire est fnie, mais je dois ajouter deux lignes spécialement adressées au Père Noël

(je sais qu’il lit mes histoires la nuit, quand il a des insomnies) :

Surtout, n’approchez pas du 3, rue des Petits Pois, Colmiron-sur.Odette ! Un gros chien à

poil noir saute sur toute personne vêtue d’un manteau rouge et d’un bonnet à pompon blanc !

Il n’y peut rien, le pauvre, il a été dressé pour ça !

◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇◆◇

•●• La musique •●•

 

Posté par emelyne mystique à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

mardi 1 décembre 2015

1 Décembre!!!

photostudio_1445720846647

 

Alors au programme une histoire que tout le monde connaît et as lu un bon nombre de fois "La petite fille aux alummettes"suivit de deux blagues sur Noël puis une petite mère Noël en perles et pour finir une musique de Noël!!!

•• La petite fille aux allumettes ••

Comme il faisait froid ! la neige tombait et la nuit n’était pas loin ; c’était le dernier soir de l’année, la veille du jour de l’an. Au milieu de ce froid et de cette obscurité, une pauvre petite fille passa dans la rue, la tête et les pieds nus. Elle avait, il est vrai, des pantoufles en quittant la maison, mais elles ne lui avaient pas servi longtemps : c’étaient de grandes pantoufles que sa mère avait déjà usées, si grandes que la petite les perdit en se pressant de traverser la rue entre deux voitures. L’une fut réellement perdue ; quant à l’autre, un gamin l’emporta avec l’intention d’en faire un berceau pour son petit enfant, quand le ciel lui en donnerait un.

La petite fille cheminait avec ses petits pieds nus, qui étaient rouges et bleus de froid ; elle avait dans son vieux tablier une grande quantité d’allumettes, et elle portait à la main un paquet. C’était pour elle une mauvaise journée ; pas d’acheteurs, donc pas le moindre sou. Elle avait bien faim et bien froid, bien misérable mine. Pauvre petite ! Les flocons de neige tombaient dans ses longs cheveux blonds, si gentiment bouclés autour de son cou ; mais songeait-elle seulement à ses cheveux bouclés ? Les lumières brillaient aux fenêtres, le fumet des rôtis s’exhalait dans la rue ; c’était la veille du jour de l’an : voilà à quoi elle songeait.

Elle s’assit et s’affaissa sur elle-même dans un coin, entre deux maisons. Le froid la saisit de plus en plus, mais elle n’osait pas retourner chez elle : elle rapportait ses allumettes, et pas la plus petite pièce de monnaie. Son père la battrait ; et, du reste, chez elle, est-ce qu’il ne faisait pas froid aussi ? Ils logeaient sous le toit, et le vent soufflait au travers, quoique les plus grandes fentes eussent été bouchées avec de la paille et des chiffons. Ses petites mains étaient presque mortes de froid. Hélas ! qu’une petite allumette leur ferait du bien ! Si elle osait en tirer une seule du paquet, la frotter sur le mur et réchauffer ses doigts ! Elle en tira une : ritch ! comme elle éclata ! comme elle brûla ! C’était une flamme chaude et claire comme une petite chandelle, quand elle la couvrit de sa main. Quelle lumière bizarre ! Il semblait à la petite fille qu’elle était assise devant un grand poêle de fer orné de boules et surmonté d’un couvercle en cuivre luisant.

Le feu y brûlait si magnifique, il chauffait si bien ! Mais qu’y a-t-il donc ! La petite étendait déjà ses pieds pour les chauffer aussi ; la flamme s’éteignit,

le poêle disparut : elle était assise, un petit bout de l’allumette brûlée à la main.

Elle en frotta une seconde, qui brûla, qui brilla, et, là où la lueur tomba sur le mur, il devint transparent comme une gaze. La petite pouvait voir jusque dans une chambre où la table était couverte d’une nappe blanche, éblouissante de fines porcelaines, et sur laquelle une oie rôtie, farcie de pruneaux et de pommes, fumait avec un parfum délicieux. Ô surprise ! ô bonheur ! Tout à coup l’oie sauta de son plat et roula sur le plancher, la fourchette et le couteau dans le dos, jusqu’à la pauvre fille. L’allumette s’éteignit : elle n’avait devant elle que le mur épais et froid.

En voilà une troisième allumée. Aussitôt elle se vit assise sous un magnifique arbre de Noël ; il était plus riche et plus grand encore que celui qu’elle avait vu, à la Noël dernière, à travers la porte vitrée, chez le riche marchand. Mille chandelles brûlaient sur les branches vertes, et des images de toutes couleurs, comme celles qui ornent les fenêtres des magasins, semblaient lui sourire. La petite éleva les deux mains : l’allumette s’éteignit ; toutes les chandelles de Noël montaient, montaient, et elle s’aperçut alors que ce n’était que les étoiles. Une d’elle tomba et traça une longue raie de feu dans le ciel.

 

« C’est quelqu’un qui meurt, » se dit la petite ; car sa vieille grand’mère, qui seule avait été bonne pour elle, mais qui n’était plus, lui répétait souvent : « Lorsqu’une étoile tombe, c’est qu’une âme monte à Dieu. »

Elle frotta encore une allumette sur le mur : il se fit une grande lumière au milieu de laquelle était la grand’mère debout, avec un air si doux, si radieux !

« Grand’mère s’écria la petite, emmène-moi. Lorsque l’allumette s’éteindra, je sais que tu n’y seras plus. Tu disparaîtras comme le poêle de fer, comme l’oie rôtie, comme le bel arbre de Noël. »

Elle frotta promptement le reste du paquet, car elle tenait à garder sa grand’mère, et les allumettes répandirent un éclat plus vif que celui du jour. Jamais la grand’mère n’avait été si grande ni si belle. Elle prit la petite fille sur son bras, et toutes les deux s’envolèrent joyeuses au milieu de ce rayonnement, si haut, si haut, qu’il n’y avait plus ni froid, ni faim, ni angoisse ; elles étaient chez Dieu.

Mais dans le coin, entre les deux maisons, était assise, quand vint la froide matinée, la petite fille, les joues toutes rouges, le sourire sur la bouche…. morte, morte de froid, le dernier soir de l’année. Le jour de l’an se leva sur le petit cadavre assis là avec les allumettes, dont un paquet avait été presque tout brûlé. « Elle a voulu se chauffer ! » dit quelqu’un. Tout le monde ignora les belles choses qu’elle avait vues, et au milieu de quelle splendeur elle était entrée avec sa vieille grand’mère dans la nouvelle année.

 

••• Les tites blaguounettes de Noël •••

  Cadeau de Noël 

Le petit garçon d'un mafioso voudrait avoir une bicyclette neuve pour Noël. 

Alors il prend un papier et un crayon et écrit : 

- Cher petit Jésus, j'aimerais bien avoir pour Noël une bicyclette neuve car mon vieux bicycle... 

Il arrête, regarde sa lettre la déchire en disant que ça ne marchera pas. 

Il prend un autre papier et écrit : 

- Cher petit Jésus ayant été sage, j'aimerais pour Noël, avoir une bicyclette neuve... 

Il s'arrête, regarde sa lettre, la déchire et dit que ça ne marchera pas celle-là non-plus... 

Il regarde sur le bureau de sa chambre, prend la statue de la Sainte-Vierge, prend la roulette de papier collant, enrubanne la statue comme il faut, la dépose dans une boîte et entoure la boîte carton, descend dans le sous-sol dépose la boîte dans une valise, barre la valise pour ensuite la déposer dans le coffre-fort et barre le lec offre-fort avec deux cadenas.

Il remonte en haut prend un papier et sa plume et écrit : 

- Cher petit Jésus, si tu veux revoir la madone vivante... 

•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•°•

  Carte de Noel

- Ce que j'apprécie dans mon ami, dit une jeune femme peu farouche, c'est qu'à Noël il m'a envoyé des tas de cartes : Crédit lyonnais... Société Générale... American Express... Visa... 

 

••• Madame La Mère Noël •••

 

photostudio_1447522211335

 Pour voire en plus grand cliquer dessus

photostudio_1447522733611

photostudio_1447525619361

••• Musique de Noël •••

 

 

Posté par emelyne mystique à 08:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

samedi 14 novembre 2015

Calendrier de l'avent

1445172667451

 

Coucou!!!

Vu que c'est bientôt Noël j'ai décidé de faire un calendrier de l'avent ou il y auras des histoires  remplis de magies, des blagues complètement loufoques,  des cadeaux et des idées  tout jolies, des pitits trucs à créer, des decos rigolos, de la douces  musique de  Noël et pleins d'autres surprises tout les jours viens donc ouuvrir ses petites cases pour tout découvrir à partir du 1 Décembre  jusqu'à Noël  à partir de huit heures du matin!!!

 

Amuses toi bien & passes d'agréables moments!!!

Ho!!Ho!!Ho!!

Gros Bisous à  bientôt  !!!

 

 

Posté par emelyne mystique à 16:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

samedi 11 avril 2015

Cc j'espère que tout le monde va bien alors voila j'adore ecrire et lire (la SF et les histoires d'amour) donc je vais vous ecrire une des redacs que j'ai faite il y a un moment assez bizarre je pense pas que quelqu'un va lire tout ca mais bon.. j ecris aussi chez moi mais ces histoires dure 100 pages j ecris petite bon peut etre pas exactement 100 mais bon.. 

 

Il falait ecrire une fable.

                                                  Le loup et la chevre

 Dans la foret, par un beau matin d'été, le plus fort de loups"Jimmy" se promenait quand tout d'un coup il entendit des coups de fusils.A

ppeures tremblant d'effroi à l'idee qu'un chasseur les trouvent lui et sa meute il courrut s' éloignant du bruits, mais il glissa et en tombant il se prit les pattes dans les racines d'un arbre

.Arriva une jolie chevre blanche qui s' etait égaré

.

 

 

Cette dernière  demanda au loup effraye:

 

(-Vous-vous etes fait attraper par un arbre??

 

-Pouvez-vous m'aider s'il vous plait?

 

 

demanda pitoyeusement l'animal

 

-Oui (repondit gentillement Sabine la chevre) Si vous ne me faites pas mal.

 

 

-D'accord je ne vous attaquere pas.)

 

Promit le Jimmy. Sabine aida le loup et ce dernier la remercia fortement en l'invitant chez lui a diner.

C'est depuis ce jour que Jimmy et Sabine devint meilleur amis.

 

Grand ou petit, gros ou fin, muscle ou pas chaqun peut devenir amis. En y mettant en peu du siens.

 

Mam'zelle Mystique

Posté par emelyne mystique à 18:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 28 mars 2015

histoire bizarre.......

Il y a Machin et Bidule qui discutent Machin dit des trucs bizarre sur ses livres Bidule lui dit en riant:

( Tu es folle!!

-Je sais, -repond Machin- et je suis fière de l'etre!!!

Bidule la regarde étonnee a moitie il sait qu'elle sort souvent (quasi tout le temps) des conneries et lui repond

-Tu devrais aller voir un psy

-Tu rigole??? Il se suiciderait!!!!!

-Quoi?? Pour quoi? ??

- Ben je vais tellement lui sortir des trucs bizarre lui parler de mes bouquins qu'il va avoir le cerveau tout raplapla ne va rien comprendre à ce que je dis  tu l'as dis toi même je suis folle! !!!!!! Il se diras que là c'est plus soignable Ba je m'y suis faites je serais toujours folle c'est comme ca !!!!)

                                                                        Fin

Vous lisez ca et llà vou vous dites la folle c'est celle qui a ecrit ca ben ouais la folle en question c'est moi!!!!!!

💘Big Bisous Bien Baveux💋   

                                                  Mam'zelle Mystique

Posté par emelyne mystique à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,